Taoleen dite Tao, petite chatte tigrée grise, noire et blanche aux yeux d’un bleu étrange née le 18 mai 2017 de mère birmane et de père vagabond, a été adoptée par nos soins le 10 juillet 2017 . Elle avait 1 mois et  24 jours.

C’est dans ce foyer que mon bien-aimé Shaolin, mâle sibérien neva masquerade fauché par une voiture en face de chez nous à l’âge d’1 an et demi le 8 avril dernier m’avait, quelques heures après sa mort et par le biais d’une communication silencieuse,  invitée à me rendre prochainement pour pouvoir le retrouver, sous forme de chaton.

 

Je ne le savais pas, mais une portée de chatons était depuis peu en route dans ce foyer. Quelle surprise de l’apprendre peu après !

Quand j’ai adopté Shaolin le 23 septembre 2015, il avait aussi 1 mois et 24 jours (né un 30 juillet 2015 ).

Je l’ai cherché dans une botte de foin, comme pour retrouver mon chat d’enfance adoré Onyx, recueilli à la SPA bien que né d’un père champion persan chinchilla blanc aux yeux vert émeraude,  disparu lui aussi brutalement, à cause d’un chien qui ne voulait que jouer mais lui brisa l’échine d’un coup de patte. Je ne l’ai appris que plusieurs mois après, tandis que je ne vivais momentanément plus avec lui et qu’on me l’avait caché pour m’épargner, mais je n’ai pas oublié cette nuit où je me suis réveillée en pleurant et suffoquant à chaudes larmes après un cauchemar horrible  où il mourait de mort violente, j’ai crié son nom en me réveillant, pour apprendre plusieurs mois après qu’à ce moment là en parallèle il venait d’avoir les reins brisés par le jeu maladroit d’un chien de mon père, à 400 km de moi.. Communication télépathique dans l’invisible…

J’ai reconnu mon chat aimé qui deviendrait Shaolin à travers tous ses frères et soeurs pourtant quasi identiques, ce petit air farouche, ce regard méfiant unique, cette joie de vivre et cette intelligence incroyable.

Nous étions si liés qu’il me suivait partout comme un chien, chat d’artiste perché sur mon épaule ou collé à ma poitrine petit, envahissant mon ordinateur pour s’imposer, me grimpant le long des jambes, se couchant sur nos pieds pour nous signifier “tu es ma maîtresse, mon maître bien aimé, regarde moi je t’aime”, tortillant le bout de sa queue d’une façon insolite pour communiquer les yeux dans les yeux tout en clignant quand je lui parlais ou l’appelais, se couchant sur mon bras pendant que j’écrivais, raffolant du poulet en toutes occasions quand nos deux autres chats s’en lassaient vite, venant nous dire bonjour et nous honorer le matin ou le soir après une ballade sans attendre en retour qu’on remplisse sa gamelle, comprenant immédiatement certaines choses là où les autres avaient besoin d’apprentissage, reconnaissant plusieurs mots de vocabulaire…

Entre Shaolin et moi, ce fut une forme de communication invisible que je ne saurais décrire autrement que comme une pensée m’enveloppant de sérénité bienfaisante. Shaolin communiquait avec moi par la pensée, tout autour de moi en cet instant, et il me sembla naturel de penser que je devais faire le deuil de sa beauté particulière et de son regard unique, mais pas de son âme et de sa personnalité tant aimées.

J’ai pensé que Shaolin reviendrait bien dans ce foyer d’amis adorant les chats et possédant deux chats sacrés de Birmanie de toute beauté, pour m’éviter d’avoir à fouiller la terre entière pour le retrouver, sous la forme d’un birman, chats sacrés de Birmanie et sibériens neva masquerade se ressemblant beaucoup, mis à part les gants blancs propres aux birmans. J’ai pensé qu’il  serait mâle à nouveau. Mais je dois avouer que cela n’a pas été précisé lors de notre communication silencieuse. Seul le lieu de son berceau comptait.

Nous sommes allés chercher ce chaton à adopter dans la portée de la belle Dinka, après un passage préalable pour le choisir parmi les 4 chatons de Dinka nés le 18 mai. Celui que j’avais repéré comme petit mâle intriguant sur une photo ne vint pas vers nous, mais une petite femelle fut attirée par nous, vint jouer avec nos doigts, et eut ce mouvement de queue insolite que je n’avais vu jusqu’à présent que chez Shaolin parmi tant de chats que j’ai connus. Nous l’avons choisie, même si ce n’était pas un mâle, ni une birmane !

Taoleen dite Tao n’est là que depuis 2 jours à peine. Elle se sent déjà chez elle et nous intrigue par ses similitudes de goûts et de comportements avec ceux de Shaolin. Sa façon subtile et unique de bouger son bout de queue pour signifier ses émotions et communiquer, de nous grimper immédiatement le long des pantalons, de raffoler du poulet, de nous regarder longuement les yeux dans les yeux, même si petite, de jouer avec Mushu chat mâle de la maison plus âgé mais encore jeune qui était le copain de Shaolin et a déjà adopté Tao.

             

Seul l’un des comportements typiques de Shaolin manque encore, mais il ne l’a adopté que devenu un jeune mâle. : il se flanquait/couchait brutalement sur nos pieds tandis que nous marchions dans la maison, pour nous marquer son amour et nous inviter à nous arrêter et faire attention à lui. Demain nous y verrons plus clair …

Les animaux sont des êtres sensibles doués d’émotions et de personnalité. Serait-ce si étonnant qu’ils puissent avoir une âme capable de se réincarner et de revenir auprès de leurs maîtres bien- aimés ?