Tao a perdu sa magnifique queue rayée en octobre 2017, elle n’avait que 5 mois.  Difficile pour elle de parler avec comme le faisait Shaolin, bien que son rigolo moignon de queue remuait tout le temps. Un chien qui sans doute détestait les chats la lui a arrachée, conclusion du vétérinaire juste après l’opération. Tao, courageuse et pleine de vie, a refusé de mourir ce jour-là, revenant  vite chercher secours auprès de nous au lieu de se laisser mourir dans un buisson comme ses congénères amputés de la sorte .

Quelques mois après l’accident, Tao, tel un petit lynx, n’a cessé de démontrer son intelligence et une agilité exemplaire surprenante, la queue d’un chat lui étant normalement nécessaire pour l’équilibre en hauteur. Chasseuse de talent, elle a ramené à maintes reprises des musaraignes encore intactes que je me suis efforcée de sauver. Quand elle rentrait en pleine nuit dans notre chambre en grognant, nous savions bien quel cadeau elle venait nous offrir …

Tao a appris seule et bien qu’encore chatonne et petite de taille à ouvrir les portes, sautant sur les poignées les plus coriaces jusqu’à ce qu’elles lui cèdent.

Tel Shaolin, elle nous suivait comme un petit chien et comprenait plusieurs mots de vocabulaire, répondant et bavardant quand je l’interrogeais, son regard plongé dans le mien.

Ce dimanche  8 juillet 2018 s’annonçait calme et beau, Tao était en pleine forme.

Elle avait bien mangé à midi, rien d’inhabituel ne pouvait nous alerter. Malheureusement, il suffit de quelques secondes pour qu’une vie bascule sans crier gare.

A 16h, appelant Tao pour qu’elle soit avec nous comme à son habitude, elle qui nous suivait comme un toutou à chaque appel et dormait souvent le long de mon flan la nuit,  l’effroi a répondu : Tao était allongée le long de l’allée bordant notre maison, étirée comme en un long sommeil à l’ombre des feuilles, mais parfaitement immobile. Elle nous avait sans doute quitté depuis deux heures, car son petit corps était déjà tout raide. Pas de traces de heurt, pas d’explications, incompréhension d’une mort subite inexpliquée. L’effroi.

Et me voilà partie pour la retrouver à travers un nouveau chaton, à guetter les signes de la vie, à espérer…

Que sera-t’elle cette fois ? Mâle ou femelle ? Poils courts ou longs ? Rayée ou blanche ?

Tao, nous t’aimions tous, toi si sociale, toi si joueuse et intelligente, toi si curieuse de la vie et espiègle, tout le monde voulait t’adopter.

J’étais la seule que tu ne mors et ne griffes jamais même en jouant, tu étais la compagne de mes heures d’art à créer, couchée près de mes pieds, heureuse, ronronnante.

Tu me manques, reviens-vite ici bas !

A suivre …